39_3_3881

tenté de surmonter ces obstacles pour offrir une information visuelle cohérente et efficace.

La mise en parallèle des discours tenus à propos du médium photographique dans les journaux illustrés et l’usage concomitant des images dans ces mêmes périodiques permet d’expliquer ce décalage entre l’acceptation commune du rôle de la photographie et celui plus modéré que je propose ici. Il met également à jour la persistance des discours alors que les usages, eux, chanel 2.55 borse chanel 36076, se modifient et s’adaptent aux exigences économiques et aux attentes culturelles. Il permet enfin de rappeler qu’une histoire des images bien mesurée doit certes tenir compte des documents écrits mais également, borse a tracolla chanel, et surtout, des images dont elles parlent.

On le sait, avant la mise au point des procédés de similigravure, l’usage de la photographie dans la presse au XIXe siècle est compliqué3. Il n’en demeure pas moins que dès la première année de parution du journal illustré français L’Illustration, en 1843, un daguerréotype sert de modèle à une illustration représentant le fort de Saint Jean d’Ullos à Vera Cruz. (fig. 1) Si l’image ressemble peu à une photographie, la légende qui l’accompagne souligne qu’il s’agit d’une gravure réalisée D’après une vue prise au daguerréotype4.

The London Illustrated News, L’Illustration et l’Illustrirte Zeitung apparaissent quasi conjointement en Angleterre, en France et en Allemagne en 1842 et 1843. Pour L’Illustration, michael kors totess, le projet des éditeurs consiste non seulement à se démarquer de la presse d’opinion, fidèle à un parti politique, mais aussi d’offrir aux lecteurs une vision illustrée de l’actualité. Cette distinction par l’image est clairement exprimée dans l’éditorial du premier numéro daté du 4 mars 1843 : Puisque le goût du siècle a relevé le mot Illustration, prenons le ! Nous nous en servirons pour caractériser un nouveau mode de presse nouvelliste.5 Quelques mois plus tard, en septembre 1843, les éditeurs publient le premier volume de L’Illustration et précisent dans la préface leurs ambitions journalistiques